28.04 | I Me Mine + The Red Goes Black

Le 28 avril, Sortie 13 organise une soirée concert avec les groupes I me mine ainsi que The Red Goes Black.  Tente de gagner ton invitation avec Mister Bingo !

Pour tenter ta chance il te suffit de remplir le formulaire en bas de page !

I Me Mine
60’s Pop & Psychedelic Electro Rock / Toulouse

Peut-être ont-ils choisi ce nom pour affirmer d’emblée leurs ambitions. Car I Me Mine, c’est aussi le titre d’une des chansons du dernier album des Beatles, Let It Be. Les trois garçons revisitent les années 60, mais pas que… les mélodies empreintes de psychédélisme et autres refrains percutants sont parfois dopés à l’electro, histoire d’insuffler une énergie supplémentaire à ces chansons qui flirtent déjà avec un certain classicisme.
I Me Mine revient avec un deuxième album « Ellipsis ». Une vision encore plus pop, toujours aussi immersive et puissante. Après 200 dates à travers la France et l’Europe de 2014 à 2016, des festivals comme les Transmusicales de Rennes (2014), le Mama (2015) ou Pause Guitare (2016) ou 31 notes d’été (2017) , le trio toulousain part en pré production de 5 jours à la Paloma de Nîmes du 19 au 23 mars 2018 qui donnera lieu à une captation vidéo.
Pour ces nouveaux titres, ils se sont entourés de Hervé Salters (General Elektriks), Clement Libbes ( Big FLo& Oli, Kid Wise) et Lionnel Buzac pour le mixage (Soma, Elephanz, Phoenix…)..
La sortie du prochain album est prévue pour le 30 mars 2018

The Red Goes Black
Classic Rock / Douarnenez

Le rouge vire au noir, et c’est une nouvelle couleur qui vient s’inscrire dans le nuancier de la scène rock de Douarnenez. Depuis plus d’une décennie, la ville voit naître en flot ininterrompu des groupes qui défendent une certaine idée du rock’n’roll – une approche généreuse, sans concessions et parfois frondeuse. C’est de cette école que sont issus les quatre musiciens de The Red Goes Black.

Ces années d’apprentissage et d’expérimentation se concrétisent aujourd’hui avec cette nouvelle étape : The Red Goes Black ambitionne d’élargir sa palette. De marier la flamboyance des racines rock sixties et seventies avec les dégradés du blues et les nuances de la soul. Avec sincérité, sans effets de manche, mais sans pour autant faire dans la simplicité. Afin d’aller à l’essentiel.

Pour les * : c’est obligatoire !