Chemin Faisant • 8 • Illustrations contées

separateur

attendsjteraconte-bandeau 

Aujourd’hui, nous vous partageons la suite des textes créés par des membres de Chemin Faisant pour Happen qui, en se replongeant dans les illustrations des anciens tomes ont composé dessus.

separateur

Vitalija-(1)

Vitalijah pour le tome XIII « Trépassent les innocents au jardin des corbeaux »

Ça se passe comme dans un éternuement.
On est surpris d’être encore là.

Ainsi nous nous sommes enrôlés et confondus à une meute de loups rouges.
Lors d’un rituel de tanière stalactimisée qu’un officier ministériel ne peut rompre.
On reconnait une familiarité et un silence plein à céder.
Une projection constellative sur la voûte minérale, et une  mythologie à réinventer.

On s’accroche à des fragments de cheveux en papiers collés,
aux bras tombant en vertige où la lune se concentre, nous contourne et nous assemble.
Des ombres chinoises et des peintures mouvantes s’agitent sur le dos d’un iguane liquide et luminescent.
Et sur les murs électriques, les pierres alcoolisent leur mémoire.
Aucune créature étrange se tenant debout ne torchonnent le paysage.

C’est une eau tiède rassurante, qui coule d’une source pétrifiante de la crypte,
et les perles ivoirines qui s’en forment sont celles que l’on dépose dans le cosmos fumant.
Elles sont les étoiles de la terre dessous l’argile.

Nos mots souterrains revêtent leurs chevelures d’espace nous procurant de vives morsures fugitives
comme pour marquer l’affection dans nos chairs. C’est un rappel de notre existence.
Une langue amoureuse sur nos fronts brûlants. Immunisation et accoutumance.

Une seule arrogance dans la complaisance.
Il n’y est que des cris intemporels prêts à prendre leurs envols depuis nos mains de verres et nos visages atomisés.

Prune Couturier

  separateur

les-portes-du-tant

Yoann Companys pour le tome VII « Arrière-pensée »

Jolly Rogers

Aux portes du Néant : un labyrinthe équarrisseurs. Les flèches du Chaos en collier, une couronne de poings levés en suspension,
enchaînés à un chapelet de barbelés, le sorcier surdose son ‘‘Je’’ de lumières blafardes.
Dans un binaire jeu d’ego sur un globe tronqué, squelettique, il t’offre l’illusion du Choix de ton libre Arbitre.

Chariot plein, cabas vide ? Ne pense pas. Les lendemains menottés aux paniers de ses salades :
ne pense pas.
Consomme des clichés en veloutés d’arêtes et d’interdits sans queue ni tête, servis sur un lit de langues fourchues.

Ne pense pas : les serpents hypnotisent sans coup férir tes kamikazes.
Au creux de leurs orbites vides souffle un typhon, un cyclone, une tornade, une Tombe d’où Abel et Caïn nous contemplent,
plongeant au cœur de leur labyrinthiques laboratoires. Tourbillonnant dans l’œil du Cyclope, Jolly Rogers ne fera pas de vieux os.

Le Bon Slamaritain

separateur

AVATAR-Blason-Chemin-Faisant-Happen